Share
Print Friendly

Juin 2017

Rapport moral du président Loïc Niepceron

Mesdames, Messieurs,

Cette assemblée générale est la 1ère de notre association Bourgogne-Franche-Comté Tourisme.

Une année 2016, année de fusion et de changements dans notre travail et l’équipe a su réagir et être en ordre de marche pour satisfaire les attentes des professionnels.

Aujourd’hui, les marchés  du  tourisme  sont en pleine mutation accélérée et modifiée par les nouveaux « pouvoirs numériques des consommateurs  » (avis, forums d’échanges, évaluation), qui relativisent l’information touristique classique développée depuis des années. De plus, « l’ubérisation » des services, une « zone grise » sur le plan légal, mais une montée irrésistible qui     se passe des intermédiaires habituels (BlaBlaCar, Airbnb, Uber, etc.) bouleverse les comportements.

Nos clients partent plus souvent, moins longtemps et ont des modes de vie dont ils ne veulent pas forcément se défaire en vacances ou en week-end. La qualité de l’accueil, les capacités d’adaptation, d’anticipation, sont considérées comme des dus et focalisent les reproches quand  non  tenus : le touriste veut être pris en compte dans sa réalité, ses désirs.

Nos clientèles, étrangères et françaises, attendent une expérience, un accueil qui leur donne la certitude de « ne pas être venus pour rien ». Vibrer, découvrir, ressentir est un gage de séjour réussi dans notre région et une expérience personnelle à partager au retour. Et en Bourgogne-Franche- Comté nous avons tout cela à leur offrir.

Peu à peu, les modes de vie se ressemblent partout en Europe, voire dans le monde. La puissance des marques de consommation est planétaire. Un marketing touristique devient possible, même si tous nos visiteurs ne dinent pas   à la même heure !

Face à ces phénomènes nouveaux, le CRT doit être en capacité de :

  1. Gagner de la fréquentation et de créer de la richesse et des emplois par le tourisme et ses impacts dérivés très importants (agricoles, commerces, péages, billetteries culturelles et sportives, vignobles, etc.).
  2. Protéger les parts de marché acquises et les professionnels, souvent des TPE, isolées et face à une concurrence croissante, et des consommateurs qui choisissent sur de nouveaux critères et qui aspirent à une expérience : « l’art de vivre à la française ».

Ces deux enjeux nous obligent à analyser finement les marchés pour savoir quelles cartes jouer et sur quelles locomotives  s’appuyer  pour  être  le  plus   efficace.   Ce  que  nous  avons  fait.  Cependant,  il  faut  souligner  que   ce contexte, où l’offre est importante, doit répondre de manière la plus personnalisée possible aux clients.

Nous devons à vous professionnels et à nos territoires le réalisme que les contextes  économiques  nous  imposent, en répondant aux marchés par des logiques de clarté marketing et non par des logiques affectives et identitaires.

Le touriste de 2017 connaît les destinations mais il ignore les frontières administratives. Son objectif est d’aspirer à une certaine qualité de vie, de se retrouver pendant son temps de repos, sans pour autant perdre ses repères classiques  (équipements, wifi….).

Nous avons décidé de rassembler les énergies, de créer une démarche qui permette de faire ensemble des choix pour   ne pas saupoudrer les moyens de la promotion nationale et internationale en tirant tous les bénéfices de nos marques de destination.

La volonté que nous affichons aujourd’hui, c’est d’unir  les  forces  autour des 3 destinations motrices de croissance  pour  tous, complétées par les offres des filières : culture et patrimoine,  itinérance,  gastronomie,  tourisme d’affaires.

Le tourisme est une économie, pas un réconfort identitaire.  Il doit se battre à armes égales avec ses concurrents.

Il nous faudra faire encore mieux et mutualiser nos moyens, c’est tout le sens de la fusion et de la loi NOTRe.

Aux côtés des acteurs  du  tourisme,  le  Comité  Régional  du Tourisme construit la dynamique de la Bourgogne- Franche-Comté.

Soyons fiers de nos actions !