Share
Print Friendly
14/04/2020

Assureurs : des attentes fortes

Dans la bouche des entreprises ayant dû fermer leurs portes, une question revient : “pourrons-nous faire jouer la garantie perte d’exploitation de nos contrats ? “. Si les interrogations sont si nombreuses, c’est parce que cette dernière est destinée à compenser la baisse du chiffre d’affaires en cas d’interruption de son activité. La réponse est sans ambiguité : les pertes d’exploitations ne sont pas couvertes par les assureurs car la quasi-totalité des contrats des compagnies exclut le risque d’épidémie. Des voix s’élèvent cependant en France, notamment dans l’hôtellerie et la restauration, pour demander aux compagnies d’assurances de couvrir les pertes d’exploitations massives liées au covid-19…

Les membres de la Fédération Française de l’Assurance se sont engagés de leur côté à contribuer pour 200 millions d’euros au Fonds de solidarité mis en place par l’Etat en faveur des TPE et des indépendants.  Cette mesure vient s’ajouter à l’engagement pris le 19 mars de conserver en garantie les contrats des entreprises en difficulté en cas de retard de paiement suite à la pandémie, et ce pour toute la durée de la période de confinement. Les membres de la FFA s’engagent également à différer le paiement des loyers pour les PME et les TPE appartenant à l’un des secteurs dont l’activité est interrompue en application de l’arrêté du 15 mars 2020. A noter, après la crise du coronavirus, le PDG d’Axa a annoncé (Journal du Dimanche) vouloir que soit créé un « régime d’assurance pandémie ». Inspiré de celui qui existe déjà pour les catastrophes naturelles, le nouveau régime « pourrait appartenir à 50 % à l’Etat et à 50 % à un pool d’assureurs privés », estime Thomas Buberl