Share
Print Friendly

Japon

Longtemps, le Japon a fait figure d’exception : l’Archipel semblait relativement épargné par la propagation du coronavirus. Aujourd’hui l’épidémie est contenue avec 16 049 cas et 678 décès.

Le 16 avril le premier ministre Shinzo Abe avait déclaré de la mise en place de l’état d’urgence à l’échelle nationale et ce pour un mois dans un premier temps. L’état d’urgence sanitaire est l’affirmation de réduire les déplacements et les sorties : le soir et dans les campagnes le week-end. La population ne peut pas être confinée, ce n’est pas légal. Sa mise en place de l’état d’urgence s’accompagnera d’un plan de soutien « sans précédent » à l’économie. Le gouvernement a présenté une enveloppe de 108 000 milliards de yens, soit 916 milliards d’euros, l’équivalent de 20 % du PIB nippon.

Maintenant, les mesures vont être assouplies dans la plupart des préfectures japonaises mais pas encore à Tokyo.

Témoignage de Frédéric Mazenq, directeur d’atout France Japon et pour la zone Asie Pacifique.

« Parmi les choses que je reconnais aux Japonais, il y a la détermination. J’étais hier en webinar avec Miki Travel, la semaine prochaine jai un webinar avec 250 décideurs (planning et ventes) de lindustrie, il y a beaucoup d’échanges entre eux, ça réfléchit, ils pensent a un grand colloque avenir du tourisme en juillet, ils préparent des produits. Ils sont tous fixes sur l’idée de relancer la machine. Il y aura des choix stratégiques pour ce faire et nous devons être sûrs que nous serons bien positionnes dans les décisions qui seront prises par le trade. Je suis confiant sur ce point, comme sur le fait que les Japonais voudront a nouveau voyager dès que ceci sera terminé – c’est une île avec des zones habitables réduites, si on veut voir un peu autre chose, il faut sortir. Il y aura un impact économique mais les seniors ne sont pas concernés, ils ont des retraites et des économies très importantes (après tout, ce sont eux qui financent la dette du pays…), l’argent sera là pour relancer. »