Share
Print Friendly

Patrimoine

L’objectif principal est de donner du contenu à la destination en valorisant les axes forts de son offre urbaine, culturelle, festive, savoir-faire et patrimoine.

>>Cibles : familles avec jeunes enfants, séniors, grands parents avec jeunes petits enfants, empty nesters, dinks (couples 25/35 sans enfants)

>>Marchés : France (IDF, AURA, Grand Est et Hauts de France) et Europe (prioritairement Allemagne et Belfgique))

>>En 2018 = 56 adhérents

>>Budget global du Collectif en 2018 = 544 550€ TTC (dont partenaires : 244 550€ et CRT : 300 000€)

Barbara Gris-Pichot

  • Responsable de la Direction des relations publiques
  • Filière patrimoine et culture

03 80 25 08 01

Contact par e-mail

Lion de Belfort (© CRT BFC / Laurent CHEVIET)

Basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay (©Alain Doire)

La vision des pros: Thomas Chevalier, Directeur de l’office de tourisme de Cluny

  • Votre première année de participation au collectif a-t-elle répondu à vos attentes ?

Le collectif a répondu à 100% à nos attentes. Nous sommes entièrement satisfaits de cette 1ère année de participation et pour tout dire, on a même du mal à mesurer encore toutes les retombées possiblement générées par le collectif tellement elles sont nombreuses.   

  • Quels sont selon vous les points forts de cette démarche collaborative ?

Le 1er point fort, c’est justement le principe de collectif. En Bourgogne, chacun a tendance à rester derrière les murs de sa structure. Cette démarche collective initiée par les Francs-Comtois et partagée, me parait bénéfique pour tout le monde, même si certains n’en ont peut-être pas encore mesuré tout l’intérêt. La mutualisation me parait efficace car elle permet de maximiser les actions (et donc les retombées potentielles) pour un investissement en temps et en énergie plutôt raisonnable. C’est pour nous l’opportunité de piloter des actions à l’échelle régionale de façon simple et efficace. Le collectif nous permet de prendre des décisions en commun, ce qui veut dire aussi, savoir mettre de côté les stratégies individuelles au profit de la majorité. Si je dois formuler un regret, c’est peut-être le manque de représentativité de la Bourgogne, en particulier la Bourgogne du sud. La notoriété des uns fait la notoriété de tous et on gagnerait à avoir davantage de sites de Bourguignons qui pèsent dans l’économie touristique. Pour une structure telle que la nôtre en milieu rural avec beaucoup de visiteurs mais peu de moyens, on a tout à gagner grâce à l’effet levier du collectif.