Share
Print Friendly

Espagne

Le nombre de nouveaux cas de contamination au coronavirus est reparti légèrement à la hausse ce mercredi en Espagne avec 661 infections, contre 594 la veille. Il avait atteint mardi son plus bas niveau depuis plus de deux mois, selon les chiffres du ministère espagnol de la Santé. Au total, 228 691 cas de contamination et 27 104 décès ont été recensés dans le pays depuis le début de la pandémie.

L’Espagne devrait maintenir ses frontières fermées jusqu’en juillet afin d’éviter une résurgence de l’épidémie. Ses frontières terrestres avec la France et le Portugal sont fermées depuis mi-mars, en parallèle du confinement drastique de sa population. Elle a aussi quasiment fermé ses frontières maritimes et aériennes.

Les restrictions de déplacements à l’intérieur du territoire espagnol ont commencé à être assouplies.

Témoignage d’Atout France Espagne :

« En Espagne, le tourisme est un secteur clé pour l’économie du pays. De nombreuses entreprises vivent du tourisme et sont en péril. Les pros du tourisme multiplient donc les actions de communication via les réseaux sociaux, à la Tv ou à la radio en promettant des séjours « sans Covid ». On leur assure qu’ils n’attraperont pas le coronavirus à l’hôtel, au restaurant ou à la plage. Pour l’instant, les espagnols qui avaient prévu un voyage à l’étranger, notamment en France, ont demandé le remboursement et n’envisagent pas de repartir de sitôt. Ils resteront dans leur pays, cet été au moins, et sûrement cette année. »

Avril

208 389 cas de Covid confirmés, 21 717 décès.

Impacts sur le tourisme : perte de 18 000 millions de recettes à Pâques à cause des restrictions décrétées par le gouvernement pour freiner l`expansion du coronavirus, selon la FETAVE (Federacion Empresarial Territorial de Agencias de Viajes Españolas) ; annulation de plus de 70 000 vols, soit une perte de 10 millions de billets d’avion (plus de 95% des prévisions pour Pâques) ; annulation de plus de 15 millions de nuitées d’hôtel ; baisse de 30 à 40 % du chiffre d’affaires annuel dans le secteur de l’hôtellerie selon une enquête de Hostelería de España (organisation qui représente plus de 300 000 restaurants, bars, cafétérias et pubs).

 

Témoignage de Díaz Luque (professeur au département d’économie et d’études commerciales de l’Universitat Oberta de Cataluny) :

« Si le virus disparaît rapidement, la reprise peut avoir lieu dans un laps de temps qui ne soit pas excessivement préjudiciable… nous parlons d’une reprise dans la saison suivante, après l’été. Les experts font des estimations basées sur la théorie des catastrophes, qui prend en compte d’autres crises similaires, comme le SRAS en 2003. Les premiers touristes internationaux à revenir seront probablement ceux qui viennent de pays qui ont également été touchés par l’épidémie. Les plus prudents seront ceux qui viennent de pays où le virus n’a pas tant touché, qui perçoivent comme élevé le danger de visiter l’Espagne ».